Cet été, le Président a pris soin de vos conditions de travail !

Réponse au mail du président du 3 juillet 2019

Dans un message adressé à l’ensemble des agents de la collectivité, le Président tenait à nous faire part des « nettes avancées en termes de ressources humaines », et d’un « dialogue social  parfois mouvementé »…mais « jamais rompu »

Deux points importants  étaient mis en avant dans cette déclaration : le régime indemnitaire et l’évolution du règlement des frais de déplacement.

Monsieur le Président est bien loin d’évoquer les nombreux points qui posent problème !!! Un oubli peut-être…

Petit retour sur ces deux dossiers épineux et les négociations en cours

Le régime indemnitaire :

L’Intersyndicale SNUTER18-FSU et CGT a fait un énorme travail pendant l’été et rendu sa copie la semaine dernière.

Nouvelle réunion de négociation prévue le 23 septembre !!!

Nous ne lâcherons rien pour défendre vos droits et votre pouvoir d’achat.

Les frais de déplacements : un dossier explosif qui pose de nombreux problèmes, notamment aux agents itinérants.

Dernière réunion le 28 juin : échanges plus que houleux, les représentants du SNUTER18-FSU ont dû quitter la salle avant la fin tant le ton du DGA était agressif. Aucun débat possible, aucune place pour faire part de nos revendications. Attitude choquante et climat délétère !

Passage de ce dossier en comité technique le 10 septembre…

Le SNUTER18-FSU a demandé le retour au remboursement sur la base d’indemnités kilométriques à la place de l’indemnité sur la base du barème SNCF

Les remboursements actuels en sont très loin !!!

Mais l’administration refuse de revenir dessus…

  • Le SNUTER18-FSU a demandé la revalorisation des frais de nuitées

Dans un premier temps l’administration avait proposé d’augmenter ces indemnités comme suit :

100 euros par nuitée pour Paris intramuros (au lieu de 90 euros auparavant), sachant que le décret n°2019-139 du 26 février 2019 prévoit 110 euros

80 euros par nuitée pour les communes du Grand Paris et villes de + de  200 000 habitants  (au lieu de 70 euros auparavant), sachant que le décret n°2019-139 du 26 février 2019 prévoit 90 euros

120 euros par nuitée pour les agents reconnus travailleurs handicapés et en situation de mobilité réduite, en s’alignant sur le décret.

Le SNUTER18-FSU a demandé l’alignement de tous les remboursements sur les montants prévus par le décret.

Suite au vote contre et unanime des organisations syndicales de ce nouveau règlement, l’administration a décidé de revenir sur la revalorisation de certaines nuitées.

Moralité, pour l’administration, si l’on exprime un désaccord, les propositions ultérieures seront encore pires !!

Est-ce vraiment cela le dialogue social ?

En l’absence de nombre de véhicules suffisant, de nombreux professionnels itinérants sont contraints d’utiliser leur véhicule personnel, y compris pour transporter des usagers.

  • Le SNUTER18-FSU a demandé que les agents itinérants soient remboursés de leurs frais kilométriques y compris ceux réalisés sur leur résidence administrative !!! ce qui n’est pas le cas actuellement.
  • Pour ceux qui travaillent sur les communes de Bourges, Vierzon et Saint Florent, Le SNUTER18-FSU a demandé qu’ils puissent choisir entre l’indemnité forfaitaire et le remboursement des kilomètres pour les déplacements effectués sur leur résidence administrative car cette indemnité (210 euros/an), pour certains ne couvre même pas leurs frais réels !!!

L’administration a réaffirmé son opposition à cette proposition !

  • Le SNUTER18-FSU a demandé un nombre de véhicules suffisant pour que les agents n’aient pas à utiliser leur véhicule personnel (quasiment à leurs frais, au vu de l’indigence des remboursements…)

Mais il n’y a plus d’argent !! dixit l’administration !!!

Pourtant le Président a eu droit à un nouveau véhicule pour la modique somme de 40 000 euros !

 Et une poignée d’agents, non itinérants, bénéficient également de véhicules dits de remisage permanent pour une utilisation quasi personnelle (trajet domicile-travail)….mais il n’y a plus d’argent !!ça dépend pour qui !!!

Nous incitons les personnels à ne plus utiliser leur véhicule personnel  et à faire remonter systématiquement à leur chef de service leur impossibilité d’effectuer un déplacement faute de véhicule de service suffisant.

  • Le SNUTER18-FSU a demandé la garantie du maintien du remboursement des frais de repas au forfait

L’administration, dans la première version du nouveau règlement proposait un véritable retour en arrière : le remboursement au réel, et la suppression du  montant forfaitaire de 15,25 euros qui serait  un plafond !

Les représentants du personnel ont bien sûr refusé cette proposition et demandé que le forfait soit maintenu. Ce projet de recul a finalement été retiré du règlement. Mais il nous faut rester vigilant !

Les seules petites avancées que nous pouvons noter dans le projet de l’administration: le remboursement des frais de parking, le  remboursement des frais de déplacement pour les apprentis et stagiaires, des délais de remboursements plus courts…

Est-ce vraiment du dialogue social ??

Force est de constater que cela fait très peu ! 

Ce dossier sera représenté en comité technique le 2 octobre prochain, notre avis n’étant que consultatif…

Bien sûr…. tout ça n’était pas précisé dans le mail du président vous souhaitant à tous de bonnes vacances bien méritées…

Le SNUTER18-FSU reste mobilisé pour défendre vos droits. Rejoignez-nous dans l’action

Les risques psycho sociaux en débat

Le 6 juin dernier, le SNUTER18-FSU  en partenariat avec la CGT a organisé une conférence-débat sur les thématiques des risques psycho-sociaux et des collectifs de travail.

Yves Grasset, sociologue spécialiste de ces sujets est venu nous apporter un éclairage théorique et les échanges ont été riches.

Pas moins de 70 agents, issus de toutes les directions, ont répondu présents pour construire ensemble du sens.

Nous pensons qu’il serait intéressant d’organiser de façon régulière des temps d’échanges et de réflexion et nous vous sollicitons pour savoir quels sujets vous souhaiteriez voir abordés lors d’une prochaine action et sous quelle forme.

Pour celles et ceux qui ont participé à cet après-midi constructif, merci aussi de nous faire remonter vos remarques sur l’organisation et les contenus. Que nous puissions améliorer les choses la prochaine fois.

Retour sur les mobilisations de juin des agents du CD

Le combat continue au Conseil Départemental pour des conditions de travail décentes ….

Le 12 juin, une première mobilisation a eu lieu devant l’hôtel du département où plus de 70 agents étaient présents. Après 40 bonnes minutes d’attente devant des portes closes alors que nous avions demandé audience (sans réponse), Monsieur Fleury vice-président en charge du personnel a daigné nous ouvrir ….

Pour dire quoi ??? Qu’il fallait être patient et que des négociations étaient en cours ….

Bref rien de concret pour les agents ! ! ! Encore et toujours rien !

Également plus d’une centaine d’agents étaient présents cette fois le  mardi 18 juin devant les locaux de la Direction Générale Adjointe de la prévention de l’autonomie et de la vie sociale (anciennement DSCS-Mazières) pour attendre le Président et dénoncer leurs conditions de travail et les dégradations de ces dernières.

Après presque 40 minutes d’attente (ça devient une habitude) Monsieur Autissier est arrivé secondé par tout le staff de DGA et quelques directeurs pour inaugurer les nouveaux locaux (suite au déménagement de la MDAS Fulton).

Nous étions là pour l’accueillir avec un stand café (l’attente était moins longue) des drapeaux et affiches confectionnés par les collègues en colère ! Après un long discours moralisateur sur le budget du département, Monsieur le Président a répondu aux interpellations des collègues en disant qu’il « comprenait bien leurs tracasseries » car lui aussi avait « été dans le médical pendant un long moment » et surtout qu’il fallait « être patient et s’adapter »! ENCORE PATIENTER ! Un an jour pour jour après la mobilisation à l’assemblée départementale de Vierzon quasiment aucune ligne n’a bougé sur les revendications portées par l’intersyndicale du conseil départemental.  Alors être patient ….

Notre syndicat et l’intersyndicale restent très mobilisés sur la question des conditions de travail des agents !

A force de grogne nous avons quand même réussi à obtenir une rallonge de 100 000 euros sur l’enveloppe de départ de 200 000€ pour la revalorisation du régime indemnitaire des agents …. Quelques miettes car divisé par les quelques 1800 agents présents au conseil départemental, cela  fait peu ….

Mais il faut quand même souligner que le collectif permet d’obtenir quelques petites avancées ….

Il nous reste à voir la répartition de la dite enveloppe pour les différents personnels ! Une réunion de négociation qui risque de nous demander encore beaucoup d’énergie…..

Affaire à suivre  ….

Rassemblement devant l’hôtel du département le 12 juin 2019

Près de 70 personnes se sont retrouvées mercredi 12 février à 18h00 devant l’Hôtel du Département à BOURGES, à l’appel de l’intersyndicale CFDT, CGT et SNUTER18-FSU, pour dénoncer la dégradation des conditions de travail de la fonction publique et tout particulièrement des services sociaux départementaux.

Après avoir attendu presque 40 min, les syndicats, accompagnés de l’ensemble des manifestants ont pu envahir le hall de l’Hôtel du Département, où ils ont été accueillis par Monsieur Fleury, vice-président en charge des personnels, Madame Bertrand, vice-présidente en charge de l’Enfance et de la Famille …. Monsieur AUTISSIER, président du Conseil Départemental du Cher, n’était pas là, et n’avait même pas daigné répondre à la demande d’audience qui lui avait été adressé 15 jours avant par l’intersyndicale!!!!

Cette première mobilisation fait suite à diverses interpellations des agents, des équipes et des syndicats concernant la dégradation de leurs conditions de travail.

Qui a pour conséquence immédiate la baisse de la qualité d’accueil du public, notamment dans les services sociaux. Les collègues sont aujourd’hui dans l’impossibilité de remplir leurs missions de service public….et pas des moindres :  comment accompagner, les publics les plus fragilisés, les familles et les enfants confiés au service de l’aide sociale à l’enfance quand celui ci doit faire face à des suppressions de postes, des familles d’accueil surchargées, et des arrêts maladie non remplacés…..la liste est longue! Pourtant, les personnels tentent de faire face. Mais aujourd’hui, la coupe est pleine, le ras-le bol est massif et les agents ne supportent plus de s’entendre dire qu’ils exercent leurs missions »avec courage »…

ça veut dire quoi??

Tu as de plus en plus de situations à gérer, à tel point que tu ne peux pas faire l’accompagnement nécessaire?

Tu vois tes journées de travail s’allonger parce que tu es consciencieux, que tu ne veux pas abandonner les publics, et que tu essaies de faire ton maximum?

Tu remplaces tes collègues arrêtés?

Tu payes un surplus d’assurance tous les ans pour faire ton boulot parce que tu es obligé et que ton boss ne te file pas assez de voitures de service?

Tu vois tes collègues craquer les uns après les autres en te demandant jusqu’à quand tu vas pouvoir tenir?

Tu prends ta voiture et tu as des remboursements de frais de déplacements pourris?

Tu exploses ton forfait de portable avec Mappy parce que ton patron ne veut pas équiper  de GPS les voitures de service (que tu n’as pas à chaque fois!)) et que tu en as marre de te perdre dans la cambrousse berrichonne???

Et comme les travailleurs sociaux sont débordés, les agents d’accueil s’en prennent une pleine tête par les usagers, mécontents….normal…. les délais pour être reçus s’allongent! Les délais de traitement des dossiers aussi. Par exemple quand on habite notre Cher département et que l’on est porteur de handicap, malgré toute la bonne volonté des collègues, il faut attendre pour l’aménagement et l’adaptation du  domicile! Sans moyens humains, comment faire le travail, comment être réactif?

Mais soyons rassurés, notre collectivité loue notre courage et estime que nous faisons un travail formidable.

Pour finir, et si nous parlions des conditions salariales?  Est-il par exemple nécessaire de rappeler que les travailleurs sociaux sont reclassés catégorie A depuis le 1er février SANS AUCUNE revalorisation de l’IFSE? Au moment du rassemblement, AUCUNE proposition n’avait été faite!

Et celui qui sait tout ça…. Fait la sourde oreille!

Il parait que nous aurons des réponses d’ici …..le 14 juillet! Il va falloir sortir les lampions et tirer le feu d’artifices les amis car d’ici là…..IL VA FALLOIR SE BOUGER!!!!

COMMENCONS PAR NOUS RETROUVER LE MARDI 18 JUIN à 10h30, DEVANT LA DPAVS (ex-DSCS), RUE HEURTAULT DE LAMERVILLE A BOURGES…

Un an jour pour jour après le rassemblement à l’appel de l’Intersyndicale à l’ Assemblée Départementale de Vierzon….

La pétition a été remise ce mercredi 12 juin avec 252 signatures!!

Attention plus que quelques jours pour soutenir cette pétition!!!

Signez la pétition pour la revalorisation du régime indemnitaire des travailleurs sociaux du conseil départemental!

Destinataire : Monsieur le président du conseil départemental

PAS DE CATÉGORIE A AU RABAIS POUR LES TRAVAILLEURS SOCIAUX !!

Les travailleurs sociaux du Département exigent une revalorisation immédiate de leur IFSE !!!

L’IFSE, c’est quoi ? C’est l’indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise (anciennement le régime indemnitaire).

C’est la collectivité qui en fixe le montant (encadré par les textes tout de même !)

Lors de la mise en place du plan d’optimisation, le Conseil Départemental du Cher a fait le choix de valoriser certaines fonctions plus que d’autres…et le résultat est TRÈS INÉQUITABLE !

Pour le moment, et ce malgré plusieurs interpellations des syndicats SNUTER18-FSU et CGT, l’administration n’a fait aucune proposition de revalorisation pour ces personnels qui se trouvent pourtant depuis le 1er février 2019 en catégorie A…et payés au RABAIS !

Quelques chiffres au Conseil Départemental du Cher

L’IFSE d’un assistant socio-éducatif est de 2740 euros annuels, soit environ 228 euros mensuels.

L’IFSE d’un attaché « de base » est de 5020 euros annuels, soit environ 418 euros mensuels.

Les travailleurs sociaux devraient restés les seuls agents de catégorie A à avoir une IFSE aussi basse ????

LA RÉPONSE EST NON !!!!

NOUS EXIGEONS UNE REVALORISATION IMMÉDIATE DE L’IFSE DES ASSISTANTS SOCIO-ÉDUCATIFS, À HAUTEUR DE  CELLE DES ATTACHÉS, SOIT 5020 EUROS /AN

NOUS EXIGEONS ÉGALEMENT QUE LES CONTRACTUELS AIENT UN NOUVEAU CONTRAT DE TRAVAIL À  COMPTER DU 1ER FÉVRIER 2019, QU’ILS bénéficient des mêmes conditions salariales que les titulaires.

JE SUIS D ACCORD : JE SIGNE

https://www.unepetition.fr/revalorisation-ifse-travailleurssociaux-cd18